La péné­tration

la péné­trationQuand j’entends : « Avec moi, elles n’ont jamais feint, et je les fais toutes jouir », je souris doucement. Bien sûr… Mettez-vous bien ça en tête, toutes les femmes ont fait, font ou feront semblant, un jour ou l’autre. Pour vous faire plaisir, pour avoir la paix, pour jouer le jeu, en somme.

Sachez-le, messieurs, la pénétration vaginale n’est pas une source évidente de plaisir pour les femmes. Pour la plupart d’entre elles, la stimulation clitoridienne va bien davantage de soi, et le coït sert parfois plus à vous être agréable. Et à se couler dans un certain moule, une cer­taine norme. Ne me dites pas, messieurs, que lors d’un rendez-vous avec une nouvelle conquête, la pénétra­tion n’est pas la première chose que vous ayez faite en matière de pratiques sexuelles ! Car c’est tellement ancré dans notre société – avec pour issue logique la procréation – qu’elles la considèrent comme un passage obligé, et peu importe qu’il soit aussi un passage forcé.

Bien sûr, en avançant en âge et en maturité sexuelle, les femmes apprennent souvent à développer le plaisir vaginal, à découvrir que ce dernier existe vraiment. Tou­tefois, elles l’ont très souvent mis de côté ces dernières années, encouragées en cela par les féministes qui esti­maient que le coït favorisait, outre la procréation, la domination masculine. Certes, mais… Et le plaisir? Et le point G ?

Rien n’est perdu, cependant, rassurez-vous! Voici quelques trucs pour éveiller, voire réveiller votre com­pagne de jeu. Plusieurs méthodes

AVEC LES DOIGTS

Commencez par utiliser vos mains, et surtout vos doigts. Soyez habile, soyez adroit, pliez-les, ils se glis­sent et vont partout. Bien sûr, pour tout homme hétérosexuel, ils ne sont souvent que l’entrée avant le plat de résistance, je veux bien évidemment parler de la pénétration à l’aide de leur pénis. Et pourtant… Messieurs, pénétrer une femme avec les doigts peut parfaitement être ce plat de résistance-là. Pénétrez, un doigt après l’autre, d’abord l’index puis le majeur, par exemple, doucement. Glissez délicatement votre main entre ses cuisses, sentez-la qui s’ouvre, mettez un premier doigt à l’entrée de son vagin, caressez-la un peu de haut en bas et de bas en haut. Si elle est déjà lubrifiée, faites entrer avec précau­tion une première phalange, puis une deuxième, puis allez-y plus franchement. Vous pouvez également retirer votre doigt, le mouiller à l’aide de votre salive ou d’un peu de lubrifiant, et recom­mencer l’opération. Enfoncez votre (ou vos) doigt(s) plus avant, sans l’agiter dans tous les sens, mais plutôt franchement. Il y a des femmes qui adorent avoir plusieurs doigts en elles. Nul besoin de faire des va-et- vient brusques et incessants, tentez aussi de petites pressions, alternez.

ET LE RESTE ?

Je le sais, nombre d’hommes m’attendent sur ce terrain. Je vous vois venir. « Allons, une lesbienne ne va pas nous apprendre comment baiser une femme ! » Un godemiché n’est pas un pénis, certes. Mais votre sexe n’est pas non plus un marteau-piqueur. Soyez un vir­tuose. Suez, transpirez, mais usez, abusez de votre corps, apprenez à vous en servir dans sa globalité. Pénétrez vraiment une femme, du bout de vos doigts jusqu’au bout de votre corps, ne soyez pas qu’un phallus.

Certaines femmes apprécient de longues caresses sur tout le corps, d’autres ont envie d’être prises tout de suite. Tout dépend de la femme, du moment, du lieu. Sachez aussi qu’avant leurs règles, bien des filles sont beaucoup plus excitées et excitables que le reste du mois.

Quoi qu’il en soit, veillez toujours à écouter le corps de votre partenaire. Ne la sautez pas de manière abrupte sans prévenir. La pénétration, si elle n’est pas bien faite – et ce quel que soit le degré d’excitation -, peut entraî­ner douleurs et blocages. En effet, au moment de l’intromission, le pénis dépasse légèrement la profon­deur du vagin et une pénétration profonde ou violente peut devenir très vite insupportable. Commencez en douceur, avec des mouvements de bassin étudiés, de petits va-et-vient, avant d’aller plus avant. Ne donnez pas tout de suite dans le grand coup de reins, cherchez l’harmonie.

Avant toute chose, madame doit être bien lubrifiée, soit uniquement grâce à vos caresses, soit par le biais d’un lubrifiant à base d’eau. Vous en trouvez dans tous les sex-shops désormais (et même dans certaines grandes surfaces), à tous les parfums, tous les goûts et dans des conditionnements amusants.