PRÉPARER pour Sexe Lesbienne

sexe lesbienneLe lubrifiant n’est pas un produit miracle. Si votre chérie veut vous prendre en mode barbare, il est évident que le meilleur lubrifiant du monde ne servira pas à grand- chose pour éviter la douleur, alors que le but recherché est un plaisir partagé.
Il faut donc demander à elle de mettre en œuvre toutes sortes de stimulations pour vous ouvrir : feuille de rose ou anulingus (stimulation de la zone anale avec les lèvres, la langue, qui peut venir pénétrer et stimuler l’anus), introduction d’un ou plusieurs doigts (allez, on commence par un seul, avec du lubrifiant bien sûr, et attention aux ongles !), éventuellement introduction d’un petit gode lubrifié. Demandez-lui qu’il vous caresse le clitoris en même temps, ça aide ! Et quelques doigts dans le vagin ne seront pas de trop (veillez bien à ce qu’il n’introduise pas les même doigts dans vos deux orifices sinon gare aux contagions bactériennes…) Ça fait beaucoup de choses à gérer en même temps ? Mais non ! Rassurez-vous, tout se met en place naturellement…
Précisons par ailleurs que plus vous serez excitée et enthousiaste, mieux la pénétration anale se passera. L’idéal est d’avoir déjà eu un orgasme si vous êtes mul- tiorgasmique, ou d’être à deux doigts de jouir ; monsieur devra donc avoir veillé à vous avoir bien émous- tillée par les techniques de votre choix : rencontres lesbiennes, cunni, fellation, pénétration vaginale, masturbation… Ainsi il passera dans votre petit derrière comme une lettre à la poste…
Quelqu’un m’a dit…
Une de mes amies qui se disait elle-même peu portée sur le sexe et complètement réfractaire à la sodomie avec son petit mari m’a confié avoir adoré se faire prendre le cul par son amant qui l’avait préparée à la chose (un petit chouia de salive et quelques doigts pour être précise, rien de plus). Tandis que l’officiel avait investi l’équivalent de plusieurs mois de salaire dans divers lubrifiants et autres accessoires ouvre-boîte… en vain
Eh oui I il n’y a pas que le lubrifiant qui compte, il y a aussi le désir et l’attirance. N’oublions jamais que le principal organe sexuel est le cerveau I Ce type, il la rendait dingue, elle aurait tout pu faire avec lui. Pauvre mari… non seulement il a été cocu, mais il n’est même pas parvenu à sodomiser sa femme… Ce n’est vraiment pas juste, au fond.