Quelques positions sympas

Quelques positions sympasNombre de lesbiennes utilisent des godes-ceintures et sont des adeptes de la pénétration. Alors, que ce soit avec un vrai phallus ou un joli joujou, voici quelques posi­tions agréables pour vous, messieurs, mesdames, et pour votre partenaire. Attention malgré tout à la diffé­rence de corpulence. Si vous faites 90 kg et votre par­tenaire 45, évitez peut-être la position du missionnaire…

LE MISSIONNAIRE

Vous êtes allongé sur votre partenaire, celle-ci est sur le dos. C’est la position la plus simple, la plus banale, et pourtant, elle peut aussi générer beaucoup de plaisir. Pour ne pas écraser votre partenaire, ne vous laissez pas aller de tout votre poids, mais prenez appui sur vos genoux et vos coudes. La fille peut aussi plier davan­tage ses genoux afin d’obtenir un contact entre son cli­toris et votre pubis. Cette manoeuvre permet une bonne stimulation génitale. Elle peut également placer ses jambes sur vos épaules.

LE MISSIONNAIRE EN ÉQUERRE

La fille est allongée sur le dos avec un coussin sous les fesses, et vous complètement redressé, formez un angle droit. La fille plie ses jambes et rapproche ses genoux, et peut même mettre ses chevilles sur vos épaules. Selon Ovidie, dans son ouvrage Osez… découvrir le point G, cette position stimulerait ce fameux point !

ELLE VOUS CHEVAUCHANT

On l’appelle aussi la position d’Andromaque. Celle-ci, selon la légende, était la femme d’Hector, le héros d’Homère. Elle était connue pour adorer chevaucher son époux, position assez controversée, puisque l’homme s’y trouve en situation d’infériorité, tandis que la femme le domine et maîtrise véritablement la situa­tion. Quoi de plus excitant qu’une femme assise sur vous, qui monte, descend, s’empale littéralement sur votre sexe ? Pendant ce temps, vous vous emparez de ses fesses, vous les pétrissez et vous accompagnez ce mouvement de votre bassin. Cette position permet une véritable union dans l’acte sexuel. Les sexologues conseillent d’ailleurs cette position à tous les novices. Elle permet également à la femme, contrairement à la position du missionnaire, de se caresser le clitoris et de se stimuler sous le regard de l’homme.

Votre partenaire peut aussi, dans cette position, bouger les hanches à sa convenance et creuser les reins afin de trouver le meilleur contact entre son clitoris et le pubis de son partenaire. Cette position lui permet surtout d’être la vraie maîtresse du coït, car elle « gère » en quelque sorte l’intensité de la pression et le rythme du mouvement de frottement.

EN LEVRETTE

Certaines femmes détestent tourner le dos à leur par­tenaire, ne pas le voir, ne pas l’avoir sous les yeux. D’autres apprécieront au contraire d’être libérées du regard de l’autre et se sentiront davantage libres d’exprimer pleinement leur excitation sans avoir à sou­tenir un regard inquisiteur. Être baisée à quatre pattes a un côté « chienne », animal, pour nombre de filles qui trouvent ça délicieux sans oser se l’avouer.

Mettez-la à quatre pattes ou à genoux, le buste ou seu­lement la tête en appui sur le lit, le canapé ou tout autre meuble adéquat… Vous pouvez aussi l’installer dans cette position par terre sur un tapis.

Certaines d’entre vous, mesdames, s’abandonneront avec délices au plaisir d’être passives, tandis que d’autres demeureront attentives aux mouvements de leur corps tout entier, observant leurs balancements, les mouvements de reins et de va-et-vient du partenaire en

elles, et creusant leurs reins pour renforcer l’effet du coït. Certaines, enfin, apprécieront de petites caresses de plus en plus précises sur leur clitoris au fur et à mesure que la pénétration s’intensifiera. Chacune son truc…

DEBOUT

Face à face, écartez-lui les cuisses, l’idéal est qu’elle soit un peu surélevée par rapport à vous, afin que vous puissiez la pénétrer plus facilement.

Une autre position agréable, c’est elle debout, face au mur et vous derrière elle, avec sa jupe relevée. Excitant pour tous les deux. Il faut juste penser à une chose : ne pas avoir une trop grande différence de taille !

Pour chacune de ces positions, variez les mouvements et les pressions. Laissez-la être active aussi.

Surtout ne soyez pas trop pressé. Enfin, ne perdez jamais de vue qu’on n’agit pas de la même façon avec une fille novice ou avec une experte.